The Hôtel de la Marine,
an 18th-century palace in the heart of Paris 

Parisians know this monument well, its facade adorning the north-east face of Place de la Concorde. Often, they know what it is called too. But perhaps they do not know its history so well. Come and discover the secrets of the Hôtel de la Marine, an iconic site in Paris and a great token of France’s history. 

The history of the Hôtel de la Marine

Le choix de la place de la Concorde

La place Louis XV, actuelle place de la Concorde, doit sa création à la volonté de la Ville de Paris d’édifier une statue à la gloire du roi Louis XV en 1748.
Pour mettre en valeur cette statue équestre commandée à Edmé Bouchardon, l’idée d’une place à la gloire du roi, sur le modèle de la place Vendôme et de la place des Vosges, fait son chemin. 
 

Paris au XVIIIe siècle. Plan de Paris : en 20 planches : fac-similé ([Reprod. en fac-sim.]) / dessiné et gravé sous les ordres de Michel-Etienne Turgot, levé et dessiné par Louis Bretez
©Gallica-BnF

Après de nombreuses hésitations, le roi Louis XV donne un emplacement qui lui appartient à l’ouest de la ville, aux abords du jardin des Tuileries.
Un concours d’architecture est alors lancé pour l’aménagement de cette place. Dix-neuf propositions sont déposées mais aucune ne satisfait le roi. Il en est de même du second concours organisé.
Après cinq ans de débats, c’est Ange-Jacques Gabriel, Premier architecte du Roi, qui effectue une synthèse des différents projets pour créer les plans définitifs de la future place Louis XV.

La statue du roi sera au centre d’une place formée de jardins en fossés secs bordés de balustrades. La sculpture du monarque le représente à la romaine, c’est à dire chevauchant sans selle et sans étriers. Au sud de la place, la Seine, au nord, deux palais jumeaux aux façades classiques monumentales de part et d’autre de la rue Royale, à l’ouest, la place s’ouvre sur les Champs-Elysées et le cour de la reine

À la chute de la monarchie, cette place « Louis XV » réalisée à la gloire du roi changera de nom pour devenir « place de la Révolution » puis « place de la Concorde » à partir de 1795.
 

The Inauguration of the Statue of Louis XV
The Inauguration of the Statue of Louis XV, Augustin de Saint-Aubin
©Met Museum

L’installation du Garde-Meuble de la Couronne

Après l’édification des plans et le lancement des travaux d’aménagement de la place, il est temps de trouver une affectation pour les deux palais situés au nord de la place.
C’est en 1765 que l’on décide d’installer le Garde-Meuble royal, institution en charge du mobilier du roi, dans le palais le plus à l’est (entre l’actuelle rue Royale et  la rue Saint-Florentin), le futur Hôtel de la Marine. Censé, dans un premier temps, n’occuper qu’une partie du bâtiment, le Garde-Meuble finit par investir l’entièreté du lieu en 1767.
Pierre-Elisabeth de Fontanieu, intendant à la tête du Garde-Meuble, en profite pour faire aménager l’Hôtel pour répondre pleinement aux besoins de son administration : lieux de stockage, ateliers, appartements de fonction, galeries d'exposition, lieu de vie également avec sa chapelle…

Durant près de vingt-cinq ans, le Garde-Meuble et son intendant, Pierre-Elisabeth de Fontanieu puis Marc-Antoine Thierry de Ville d’Avray, vont occuper le palais.

Ancêtre du Mobilier national, cette institution était en charge de l’aménagement des résidences royales et de l’entretien de leur mobilier : Versailles, mais également Compiègne, Fontainebleau, Marly, Choisy, Trianon, Rambouillet, Saint-Germain-en-Laye et Montreuil.
L’institution est chargée du choix, de l’achat et de l’entretien du mobilier du roi, allant du lit à la simple chaise. Elle est également en charge de la conservation des collections royales d’armes et d’armures, d’étoffes et de tentures, de vases de pierres dures, de bronzes et enfin des diamants de la Couronne, mais aussi des batteries de cuisine et du linge de maison !

Les intendants

1- Pierre Elizabeth de Fontanieu (1730-1784), premier intendant du Garde-Meuble (1775)  Pierre Elizabeth de Fontanieu (1730-1784) 1775

© Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais - Image INHA
2 - Marc-Antoine Thierry de Ville-d'Avray (1732-1792) 1790 
© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais - Christophe Fouin

La Révolution française, qui éclate en 1789, change à jamais l’histoire de ce palais de la place Louis XV.

Symbole de l’administration et du faste royal, les jours du Garde-Meuble sont comptés. 

Deux événements marquent l’histoire du lieu :

  • le 13 juillet 1789, les révolutionnaires s’emparent des armes exposées dans la salle d’armes. Le lendemain, ils iront chercher des munitions à… la Bastille.
    La petite histoire raconte que les premiers tirs contre la Bastille ont été tirés par des canons montés sur des affûts damasquinés en argent offerts par le roi du Siam à Louis XIV en 1684, pris la veille dans les collections royales du Garde-Meuble.
  • le 16 septembre 1792, le vol des bijoux de la Couronne a lieu à l'Hôtel de la Marine. Dans la nuit, une quarantaine de personnes entrent dans le salon où sont exposés les bijoux, et dérobent un butin de près de 30 millions de francs.

Le siège du ministère de la Marine pendant 226 ans 

Dès le début de la Révolution, le roi Louis XVI quitte Versailles pour Paris.
Toutes les administrations de l’État présentes à Versailles doivent donc regagner la capitale.
Mais un obstacle de taille se dresse : où les installer à Paris ? Le ministère de la Marine, avec à sa tête le comte de La Luzerne et Jean-Baptiste Berthier, s’installe dans le palais abritant le Garde-Meuble en 1789.

Dans un premier temps, la Marine occupe des espaces au deuxième étage et à l’ouest du premier étage. Il lui faudra moins de 10 ans avant de pouvoir occuper le bâtiment dans son ensemble. C’est le début de deux siècles de présence de cette administration dans ce palais qui portera désormais le nom d’Hôtel de la Marine. Ce n’est qu’en 2015 que le ministère de la Marine quitte le bâtiment.

 

Détail-d'un-panneau-de-papier-peint
 Papier-peint de l'Hôtel de la Marine

Et que devient le Garde-Meuble ?

Symbole de l’Ancien Régime, l’institution est dans un premier temps purement et simplement supprimée lors de la Révolution. Une partie des meubles et objets d’art est alors vendue aux enchères ou brûlée, notamment pour en récupérer les métaux précieux. En 1800, elle est recréée sous le nom de Garde-Meuble des Consuls. Elle deviendra ensuite Mobilier impérial pour devenir finalement Mobilier national en 1870. Le Mobilier national est toujours en charge des meubles des différentes institutions nationales telles que l’Elysée.

Du bureau du chef d’État-Major à la galerie des grandes préfectures de Marine françaises, la Marine va remodeler le lieu en fonction de ses besoins : division des espaces pour augmenter la taille des bureaux, aménagements liés aux évolutions technologiques des XIXe et XXe siècles (électricité, téléphone, ascenseurs…) mais aussi décors comme les portraits des grands marins de la Marine royale.

Au départ de la Marine, la gestion du bâtiment est donnée au Centre des monuments nationaux.
Une restauration de grande ampleur est entreprise pour ouvrir le monument au public et rendre aux appartements des intendants du Garde-Meuble royal leur faste du XVIIIe siècle.

Architecture typical of 18th-century France

La façade de la place de la Concorde

La façade du monument marque d’abord par sa parfaite maîtrise de la symétrie selon les normes classiques définies par l’Académie royale d’architecture.
L’Hôtel de la Marine, ainsi que son pendant occidental qui accueille aujourd’hui l’hôtel de Crillon, l’Automobile Club de France et l’hôtel de Coislin, affirme le penchant français pour la rigueur, le tracé géométrique et le goût du XVIIIe siècle pour l’Antiquité. 

La façade se décompose comme suit :

  • au niveau de la rue : un soubassement à arcades permet la circulation des Parisiens.
  • de chaque côté, deux pavillons d’angle tracés selon l’utilisation de dimensions symboliques pour en faire un parfait exemple d’architecture académique et de référence à l’Antiquité. Ils sont tous les deux surmontés de frontons triangulaires sculptés représentant la Magnificence et la Félicité publique.  Elles sont l’œuvre de Guillaume Coustou et Michel-Ange Slodtz.
  • la partie centrale est marquée par une loggia avec une colonnade rappelant les péristyles antiques. Les 12 colonnes crantées sont surmontées de chapiteaux corinthiens.

 

Les appartements de l’intendant

À la tête du Garde-Meuble royal, on trouve un intendant. Officier de la Maison du Roi, il est logé sur place, dans des appartements luxueux, représentatifs de sa fonction.

Aménagés dès 1765 par Pierre Elisabeth de Fontanieu, les appartements de l’intendant sont remodelés à partir de 1786 par Marc-Antoine Thierry de Ville d’Avray. Ils sont un exemple de l’appartement idéal, tel qu’il était perçu à la fin du siècle des Lumières, disposant a minima d’une antichambre, d’une chambre et d’un cabinet.

Les appartements de l’intendant sont situés à l’est, au premier étage, « l’étage noble », donnant actuellement sur la place de la Concorde et la rue Saint-Florentin.
Transformés au fil de années en fonction des occupants des lieux, ils comprennent aujourd’hui : 

● Au nord, les appartements de Thierry de Ville d’Avray : une antichambre, une chambre, le cabinet d’audience et le cabinet des bains. 

● Au sud, la chambre de Madame Thierry de Ville d’Avray

Les deux appartements sont reliés entre eux par les pièces de réception : salon et salle à manger.

● Sur cour, la chambre de Pierre Elisabeth de Fontanieu ainsi que le cabinet des glaces et le cabinet doré installés par l’intendant.
 

Cabinet des glaces, appartements de l’intendant
Cabinet des glaces, appartements de l’intendant © Ambroise Tezenas

Les pièces de réception

La vie de la société aristocratique du XVIIIe siècle se développe autour des réceptions données dans toutes les bonnes maisons.
La maîtresse de maison tient salon, accueille le tout Paris et les intellectuels. Recevoir est un art dont la disposition des pièces des appartements ainsi que le luxe des pièces de réception est la preuve. 

La circulation entre les différents appartements d’un hôtel particulier du XVIIIe siècle se fait sur un axe vertical, ce qui donne un rôle central à l’escalier monumental qui dessert l’ensemble du bâtiment.

En plus des appartements, l’escalier permet également d’accéder aux galeries d'exposition du lieu qui se trouvent au premier étage sur la façade donnant sur la place de la Concorde : salle d'armes, galerie des grands meubles (étoffes et tentures), salle des Bijoux, galerie des Bronzes. 

À l’origine, ces pièces servaient à présenter les collections royales aux visiteurs français et étrangers. Elles avaient vocation à montrer l’excellence des arts décoratifs à la française et la puissance de la monarchie. Ces espaces ont été convertis au XIXe siècle en salons d’apparats par la Marine.

La grande galerie fût scindée en deux et accueillit de nombreuses réceptions fastueuses tout au long des XIXe et XXe siècles. Des bals pour les sacres de Napoléon et Charles X se déroulèrent en ces lieux. 
 

Salon d'honneur, décor du plafond au-dessus de la glace sans fond
Salon d'honneur, décor du plafond au-dessus de la glace sans fond © Jean-Pierre Delagarde

Ces pièces sont celles qui ont gardé le plus de traces du passage de la Marine dans le bâtiment. On retrouve, par exemple, dans le salon d’honneur des décors fastueux liés à la Marine, mais également dans l’ancienne salle d'armes du Garde-Meuble royal transformée en salle à manger d’honneur ou dans le salon diplomatique.

  • La décoration des salons d'honneur et de réception, réalisée à partir de 1843, marque l’appropriation des lieux par la Marine. Sur les murs des portraits d’amiraux de l’Ancien Régime : Tourville, vice-amiral de Louis XIV, Jean Bart, corsaire issu d’une famille de marins renommés, Duguay-Trouin corsaire malouin au quatre-vingts combats et abordages et Duquesne, lieutenant-général des armées navales de Louis XIV.
  • Toujours conservé aujourd'hui, le bureau du chef d’Etat-major de la Marine est le symbole de l’installation de la Marine dans le bâtiment. Pendant plus de deux siècles, c’est entre ses murs qu’ont été prises les plus grandes décisions de la Marine française, quels que soient les époques et les régimes politiques. Si les murs pouvaient parler...
     

2020: A new chapter for the Hôtel de la Marine

Depuis le départ du ministère de la Marine en 2015, l’Hôtel de la Marine est confié au Centre des monuments nationaux. Chargé de mettre en valeur ce patrimoine exceptionnel, le CMN a mené une restauration de grande ampleur de l’ensemble du monument entre 2017 et 2021. 
Son architecture, mais également ses décors peints, le mobilier et les objets d’art des XVIIIe et XIXe siècles présentent au public le lien étroit entre art décoratif, art de recevoir, artisanat d’art, excellence à la française et expression du pouvoir. 

Depuis 2017, les campagnes de restauration ont mis au jour de véritables merveilles, avec notamment la redécouverte des décors originaux des appartements de l’intendant tels qu’ils étaient à la fin du XVIIIe siècle. 

Venez découvrir l’Hôtel de la Marine et ses différents parcours de visite !
 

Façade de l'Hôtel de la marine en chantier