Parquet Versailles, cheminées en marbre, panneaux décoratifs sculptés ou papier peint, quels sont les must-have de l'aménagement et de la décoration d'un appartement aristocratique au XVIIIe siècle ?

Visite d'un appartement-témoin : celui de l'intendant du Garde-Meuble de la Couronne.

Le plan de l'appartement-type

La première règle à suivre : l'appartement noble doit comporter obligatoirement une antichambre, une chambre et un cabinet. On peut accroître le nombre de chacune des pièces mais également ajouter un cabinet de toilette ou un cabinet d'aisance.

Au XVIIIesiècle la chambre perd peu à peu son rôle de lieu de sociabilité et cesse d'être une pièce où l'on reçoit. Les différents salons et la salle à manger font leur apparition, remplaçant les antichambres.

Les pièces sont disposées en enfilade - les unes à la suite des autres - avec les portes alignées pour donner un effet de perspective à l'ensemble. Les couloirs, quand ils existent, servent uniquement aux domestiques afin de leur permettre de circuler plus discrètement dans l'appartement.

 

Enfilade des salles Louis XIV au premier étage de l’aile Nord du Château de Versailles

L'enfilade des salles Louis XIV au premier étage de l'aile Nord du Château de Versailles

 

Le saviez-vous ?

C'est au cours du XVIIIe siècle qu'apparaît la notion d'intimité. Lassés par la vie de courtisan dans les grands salons d'apparat sous le règne de Louis XIV, les nobles désertent petit à petit ce mode de vie pour se réfugier dans des pièces plus intimistes tel les cabinets de musique, les boudoirs ou les bibliothèques. C'est ainsi qu'émerge progressivement le concept de « vie privée ».

 

Décoration et mobilier

Le XVIIIe siècle voit l'abandon des murs garnis d'étoffes typiques du Moyen Âge et encore utilisées jusqu'au XVIIe siècle. À la place, on voit apparaître sur les murs des décors en panneaux de bois peints ou sculptés. Lors des restaurations menées en 2018 et 2019, dans les appartements de l'intendant du Garde-Meuble de la Couronne, on a retrouvé les traces des décors originaux. La décoration varie en fonction de l'importance de la pièce allant de la peinture blanche avec de simples moulures pour une antichambre, à la cheminée en marbre avec un décor sculpté et doré à la feuille, en passant par des dessus de portes peints ou encore des frises pour les chambranles de portes. La décoration d'une pièce représente la puissance et la magnificence de l'institution du Garde-Meuble.

Pour les sols, carrelages et parquets en bois massif aux motifs variés agrémentent et embellissent les pièces.

 

Une restauratrice à l'oeuvre dans les appartements de l'intendant

Une restauratrice à l'œuvre dans les appartements de l'Intendant du Garde-Meuble de la Couronne

Les murs se parent également de papier peint. Contrairement à ce que leur nom indique, ce sont des papiers imprimés grâce à un processus artisanal que l'on collait bord à bord pour créer un motif, répétitif ou non.

 

Papier peint représentant deux bateaux dans une crique

Un bel exemple de papier peint représentant deux bateaux dans une crique

Une grande importance est portée à l'ameublement, qui permet de bien marquer l'utilité de chaque pièce. On installe donc dans les pièces des appartements nombre de chaises, fauteuils, canapés, mais aussi des bureaux dans les cabinets de travail, des tables de nuit dans les chambres, des consoles pour présenter vases, petites sculptures ou horloges (L'hôtel de la Marine bénéficie du mécénat de Rolex France) dans les salons, des tables de jeu…

 

Les cabinets de Fontanieu

Pierre-Elisabeth de Fontanieu, premier intendant du Garde-Meuble de la Couronne à habiter dans le palais de la place de la Concorde, s'est fait installer des cabinets privés pour son usage personnel.

 

Le cabinet des glaces

Accolé à la chambre de l'intendant, le cabinet des glaces reflète le goût personnel de Fontanieu pour les filles d'opéra, aux mœurs légères. Les murs sont entièrement recouverts de miroirs, encadrés par des moulures et corniches en bois doré. Sur ces miroirs ont été peints des bébés joufflus, des vases sur piédestal, des oiseaux et éléments végétaux et… des femmes nues

 

Cabinet des glaces, appartements de l’intendant

Le cabinet des glaces, accessible directement depuis la chambre de Pierre-Elisabeth de Fontanieu

 

Le cabinet doré

En enfilade, on accède au cabinet doré, une pièce intimiste au décor… doré ! (Restauré, tout comme le cabinet des glaces, grâce au mécénat de Siaci Saint-Honoré).

Lambris muraux peints, corniches avec entrelacs végétaux mais également deux cheminées en marbre blanc finement sculptées occupent cette pièce qui servit certainement de boudoir aux dames. Des meubles de Jean-Henri Riesener, ébéniste du Roi, occupent l'espace.

C'est un véritable exemple du savoir-faire des artisans de l'époque qui ont su mettre en œuvre avec habileté le décor imaginé par Jacques Gondouin.

 

Le saviez-vous ?

Pendant la période d'occupation du bâtiment par l'État-major de la Marine, le cabinet doré était… une cuisine ! Les décors originaux étaient entièrement recouverts de panneaux en inox les préservant ainsi des outrages du temps.

 

Les laboratoires

Féru d'alchimie, Fontanieu a fait installer deux laboratoires dans ses appartements. Il s'y adonne à la fabrication de pierres semi-précieuses. On lui doit notamment le lustre en bronze doré enrichi de cristaux imitant le diamant et de pierres précieuses colorées.

Ses laboratoires ont par la suite été réhabilités pour intégrer les appartements de l'intendant.

Les appartements de l'intendant du Garde-Meuble de la Couronne sont un modèle de ce que le XVIIIe siècle a fait de mieux en matière de décor et d'ameublement. Ils offrent une véritable plongée dans la vie luxueuse des aristocrates de l'époque, en plein cœur de Paris.