Don par la Fondation Collection Al Thani d’une commode Riesener

7 mai 2019 Institutionnel

Les collections nationales vont s’enrichir d’un meuble exceptionnel grâce au don par la Fondation Collection Al Thani d’une commode de Jean-Henri Riesener destinée à l’Hôtel de la Marine, qui ouvrira ses portes au public au printemps 2020. 

La Fondation Collection Al Thani a décidé d’offrir au Centre des monuments nationaux une exceptionnelle commode de Jean-Henri Riesener passée en vente publique chez Christie’s à New York le 30 avril dernier. Semblable en tous points à une commode figurant dans l’inventaire, dressé en 1788, de l’appartement de Mme Lemoine de Crécy, épouse du garde du Garde-Meuble de la Couronne, à l’Hôtel du Garde-Meuble, aujourd’hui connu sous le nom d’Hôtel de la Marine, place de la Concorde à Paris. C’est après la livraison des meubles commandés pour ses appartements par Pierre-Elisabeth de Fontanieu, intendant du Garde-Meuble, à Riesener que celui-ci fut nommé ébéniste du roi en 1774.

Dans le cadre du projet de remeublement des appartements de l’intendant du Garde-Meuble, cette commode sera placée dans la chambre de Pierre-Elisabeth de Fontanieu à l’Hôtel de la Marine. 

Jean-Henri Riesener, commode, Paris, fin du XVIIIe siècle © Christie’s

 

Cette commode rejoindra ainsi le secrétaire en armoire, également réalisé par Jean-Henri Riesener en 1771, classé trésor national, récemment acquis pour l’Hôtel de la Marine par le Centre des monuments nationaux, avec le soutien du ministère de la Culture. Ce meuble d’une rare qualité, commandé par Pierre-Elisabeth de Fontanieu, sera ainsi présenté dans son cadre d’origine. Le public pourra en effet l’admirer dans le grand cabinet des appartements de l’intendant. 

Provenant tous deux de collections privées, ces meubles, qui seront visibles par le public à l’ouverture de l’hôtel au printemps 2020, viennent enrichir le patrimoine national. Parallèlement, une politique de dépôts et de prêts, en cours de discussion avec les institutions concernées, permettra à d’autres pièces originales de retrouver leur place dans les appartements de l’Hôtel de la Marine. Grâce au remeublement de l’Hôtel de la Marine, les visiteurs pourront avoir une meilleure idée de l’art de vivre et du savoir-faire des artisans en France à la fin du XVIIIe siècle.

 

Le Centre des monuments nationaux remercie profondément la Fondation Collection Al Thani pour la remarquable générosité de ce don, qui vient prolonger l’accord de mécénat, conclu en octobre 2018, en vue de permettre l’installation de la collection Al Thani à l’Hôtel de la Marine et qui constitue un nouveau témoignage éclatant de l’attachement de la Fondation à la France et à la culture française à travers le projet du Centre des monuments nationaux pour l’Hôtel de la Marine. 

 

La commode 

Caractéristique de la manière de Riesener, la commode se répartit en façade en trois parties masquant la division du meuble et ses tiroirs. Ce modèle plut précisément par la puissance de son dessin, l’élégance de ses bronzes et le jeu de ses bois. Le dessin à marqueterie du panneau central à décor de vases de fleurs est représentatif de l’art de l’ébéniste. Le panneau central trapézoïdal à montants incurvés, en léger ressaut, vient « brocher » sur un second panneau plaqué horizontalement de satiné et encadré d’une moulure d’amarante.  Des panneaux de satiné ornent chacun des côtés du meuble. Cet effet très subtil de plans successifs est renforcé par le traitement en trompe l’œil de la marqueterie centrale. Apparaissant dans un encadrement dont les filets sont posés suivant les ombres et se détachant sur un fond de sycomore, un bouquet de fleurs dans un vase de lapis garni de fleurs en couleurs naturelles repose sur un piédestal vigoureusement dessiné. Le naturalisme de la marqueterie de fleurs et la ciselure des bronzes sont d’une qualité exceptionnelle.

Cette commode n’est pas le fruit d’une commande royale mais s’inscrit dans la typologie des meubles créés par Riesener pour le Garde-Meuble dans les années 1775-1780. La frise d’entrelacs à la ceinture comme les agrafes de bronze des pans coupés, ornées d’acanthes appelées « feuilles d’ornement » dans les mémoires de l’ébéniste, complétées de culots feuillagés, apparaissent sur des meubles livrés alors pour les membres de la famille royale, Madame Adélaïde en 1776 ou Madame Élisabeth en 1778. 

En revanche, les deux grandes chutes de branches de laurier traitées au naturel qui encadrent le panneau central maintenues par un ruban noué sont plus exceptionnelles dans l’œuvre de Riesener. Elles se retrouvent sur un bas d’armoire conservé au musée des arts décoratifs de Paris.

Ce secrétaire en armoire est parfaitement documenté. Il a été commandé par Pierre-Elisabeth de Fontanieu, intendant du Garde-Meuble de la Couronne, à Jean-Henri Riesener pour ses appartements à l’hôtel du Garde-Meuble. Il fut livré en 1771 avec une table mécanique dite des muses (aujourd’hui conservé au musée du Louvre) et une commode (aujourd’hui conservé au musée Condé de Chantilly). Cet ensemble est un chef d’œuvre des arts de l’ébénisterie et des bronzes d’art, qui connaissent un apogée dans les dernières décennies du règne de Louis XVI.

Cette pièce exceptionnelle est décrite en détails dans le journal du Garde-Meuble. C’est un meuble d’applique, dont l’abattant ouvert servait de table à écrire. Il présentait à l’origine six cases et six tiroirs, dont l’un garni d’un encrier, modifié par la suite. L’abattant a également été modifié, vraisemblablement au cours du XIXe siècle, possiblement par Riesener. Des vases exubérants de fleurs et de fruits sont représentés sur les panneaux inférieurs des portes. La marqueterie en bas-relief au-dessus de l’abattant figure un groupe d’enfants tendant une lettre à Mercure très proche des décors marquetés de la table des muses. De gracieux visages féminins en bronze doré ornent les angles. Les rinceaux d’acanthes en très fort relief reliant par ces visages les angles du meuble à sa façade sont d’un dessin inventif et audacieux. 

De forts contrastes dans la polychromie et les matières, caractéristiques de la production de l’artiste dans ces années. 

Ce meuble appartient à une suite de huit secrétaires commandés par le Garde-Meuble de la Couronne, dont aucun autre n’est conservé dans les collections publiques françaises. 

Il s’agit également du seul secrétaire en armoire de Jean-Henri Riesener désormais conservé au sein des collections publiques françaises.

Cette acquisition permet le retour à perpétuelle demeure d’un meuble … dans les lieux pour lesquels il a été conçu. Il sera présenté dans le grand cabinet et retrouvera ainsi la place qu’il occupait du temps de Marc-Antoine Thierry de Ville d'Avray, qui succéda à Pierre-Elisabeth de Fontanieu à la charge d’intendant du Garde-meuble. 

L’Hôtel du Garde-meuble

L’Hôtel de la Marine fut construit au XVIIIe siècle à la demande de Louis XV par son premier architecte Ange-Jacques Gabriel pour abriter le Garde-meuble de la Couronne. 

Le Garde-meuble, administration royale, participait au rayonnement du pouvoir et de la monarchie, et son Hôtel est un lieu extrêmement riche, à l’égal des plus grandes résidences royales. Cet ancêtre du Mobilier national, était chargé de meubler les résidences royales. Il commandait et conservait le mobilier des grandes demeures de la famille royale, mais était aussi l’illustration de ce prestige. 

Son intendant Pierre-Elisabeth de Fontanieu y fit aménager ses appartements en 1772 et son administration s’y installa officiellement place à l’automne 1774. Dans ce contexte, Fontanieu fit appel à de jeunes talents pour ses appartements, avant de leur passer des commandes officielles pour les grandes demeures royales à travers son administration. 

La commande en 1771 de l’ensemble de meubles auquel appartient ce secrétaire permit ainsi à Jean-Henri Riesener de devenir ébéniste de la Couronne en 1774. Il réalisa au cours des  dix années suivantes de très nombreux meubles pour les résidences royales. 

Le remeublement de l’Hôtel de la Marine

Le CMN poursuit ainsi sa politique d’acquisitions raisonnée avec l’ambition de remeubler les appartements de l’Hôtel de la Marine au plus près de ce que décrivent les inventaires d’origine. A partir d’un travail scientifique basé sur les archives, un processus d’identification, de recherche et de localisation des meubles et objets originaux est en effet mené. 

Parallèlement, une politique de dépôts et de prêts, en cours de discussion avec les institutions concernées, notamment le Mobilier National ou encore le Musée du Louvre, permettra à d’autres pièces originales de retrouver leur place dans les appartements de l’Hôtel de la Marine, puisque nombre d’entre elles appartiennent à des collections publiques. 

Une commode commandée par Marc-Antoine Thierry de Ville d’Avray à Jean-Henri Riesener, auparavant à l’Elysée, a également été restituée au Mobilier national par M. Emmanuel Macron, Président de la République,  afin de pourvoir être présentée à l’Hôtel de la Marine. 

Le projet d’ouverture au public de l’Hôtel de la Marine

Le Centre des monuments nationaux, chargé de la gestion de l’Hôtel de la Marine depuis le départ de l’Etat-major de la Marine, a lancé en 2017 une grande campagne de restauration et d’aménagement qui permettra d’ouvrir au public en 2020 ce monument prestigieux du XVIIIe siècle. En 2020, le public pourra découvrir les espaces historiques de l’Hôtel de la Marine ainsi que des espaces d’exposition dédiés à l’exceptionnelle Collection Al Thani. L’Hôtel de la Marine sera un lieu de visite autant qu’un lieu de vie et de passage : librairie, boutiques, restaurant, café, et services divers permettront au monument de satisfaire les touristes aussi bien que les Parisiens.

La Fondation Collection Al Thani 

 

La Fondation Collection Al Thani est une association privée à but non lucratif dont la mission est de favoriser et promouvoir l’art et la culture. Cet objectif est principalement rempli à travers des initiatives artistiques publiques, comme du mécénat, des projets muséaux, la mise en place d’expositions, des publications scientifiques, mettant à l’honneur la création artistique à travers une grande diversité de cultures.  

La Collection Al Thani est un rassemblement encyclopédique de plus de 6000 œuvres provenant de nombreuses civilisations de l’Antiquité  à nos jours. La collection rend hommage à l’histoire et à la crativité à travers une sélection d’antiquités, de joyaux, de peintures, de manuscrits, d’objets anciens et historiques. Des expositions sont accueillies par des institutions majeures dans le monde entier, dont récemment le Metropolitan Museum of Art à New York (2015), le  Victoria and Albert Museum à Londres (2015-16), le Miho Museum à Koka (2016), le Musée du Palais de la Cité interdite à Pékin (2017), le Grand Palais à Paris (2017), le Palais des Doges à Venise (2017-18), le château de Fontainebleau (2018) et la Légion d’Honneur à San Francisco (2018). De plus, des pièces de la collection sont également prêtées régulièrement à des musées. Des prêts ont ainsi récemment été montrés notamment au Ashmolean Museum à Oxford, au British Museum à Londres, au Cleveland Museum of Art à Cleveland, au J. Paul Getty Museum à Los Angeles, au Metropolitan Museum of Art à New York, au musée des Beaux-Arts de Boston, aux musées de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, au musée d’art égyptien de Munich et au Victoria and Albert Museum à Londres. 

A partir du printemps 2020, des œuvres de la Collection Al Thani seront montrées dans un nouvel espace muséal à l’Hôtel de la Marine. Situé sur la place de la Concorde, au cœur de Paris, l’espace proposera une présentation sur le long terme de pièces provenant de toute la collection. La galerie de 400 m² présentera une exposition permanente ainsi qu’une programmation d’expositions à thème. L’Hôtel de la Marine est un des deux palais commandés par Louis XV au XVIIIe siècle pour orner la place royale. Il a été construit entre 1758 et 1774 sur les plans d’Ange-Jacques Gabriel, premier architecte du roi, et abritait le Garde-meuble de la Couronne, dépôt des collections royales françaises. 

MenuFermer le menu